samedi 7 juillet 2012

Normandin, capitale agricole de la région






Bienvenue à Normandin!

La ville de Normandin est située au nord du Lac St-Jean et y habitent environ 3200 Normandinois et Normandinoises.

Normandin est reconnue comme un territoire agricole où les cultures, principalement fourragères, sont exceptionnelles étant donné le climat rigoureux. En 1936, Agriculture Canada construisit à Normandin une ferme expérimentale toujours active aujourd'hui et maintenant sous la responsabilité du Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures.


On y trouve aussi des fermes laitières, des fermes d’élevage d’animaux de boucherie, de porcins, de bisons, de cervidés, des fermes d’apiculture, de cultures en serres, ainsi que des bleuetières.

À Normandin, il existe de grandes possibilités industrielles et commerciales, par exemple l’entreprise Nature 3M inc  Mario Bilodeau qui se démarque dans son domaine.

La rivière Ashuapmushuan et la célèbre Chute à l’Ours sont des attraits touristiques incontournables.

Un théâtre d’été  ainsi que le festival Dédé Fortin  pour le côté culturel et le site de la Chute à l’Ours
La rue Principale à Normandin
pour le côté plein air ; à Normandin, il y en a pour tous les goûts.


bleuetière

Site de la Chute à l'Ours à Normandin


Chute à l'Ours sur la rivière Ashuapmushuan (mot d'origine
amérindienne qui signifie 'là où on guette l'orignal')
          




Nature 3M inc. (Mario Bilodeau) = une belle réalisation entreprenariale!

Dès son enfance, Mario Bilodeau se passionnait déjà pour tout ce qui a trait au commerce des fourrures, une passion qui le conduisit à l’excellence dans ce domaine. D’abord initié à la trappe et à la taxidermie, il allait développer avec les années une grande expertise dans le domaine de la confection d’accessoires de fourrure.

C’est en 1985 que débute sa carrière dans le commerce de la fourrure brute qui le mènera à
lancer Nature 3M en 1997 avec la collaboration de Marcel Laplante, spécialisé en affaires et
en production industrielle.

Ayant pour mission de prendre un produit brut acheté dans notre région et d’en faire un
produit fini de qualité, l’entreprise voit à l’utilisation de produits non polluants et provenant
d’une ressource naturelle et renouvelable conformément aux lois et règlements
gouvernementaux en vigueur. Utilisant la presque totalité de la matière première, l’entreprise
achète la peau d’un animal sauvage ou d’élevage, à l’état brut, l’apprête, la naturalise ou la
transforme en divers produits finis. Elle utilise également les sous-produits de l’animal tels
poils, plumes, os, dents et griffes pour en faire des pièces d’artisanat.

Avant-gardiste et fondée sur des valeurs de développement local et de respect de la
ressource faunique, Nature 3M a connu une croissance rapide. En plus de
la tannerie et de la
taxidermie,
elle intègre dans ses installations de Normandin la presque totalité des opérations
de traitement et de confection d’accessoires de fourrure et vêtements de plein air.
La
collection Bilodeau
comprend, en autres, des bottes de plein air en fourrure, testées et
gradées pour un froid rigoureux pouvant aller jusqu’à — 100 degrés Celsius. On y retrouve
aussi des chapeaux, des mitaines, des foulards, des cache-oreilles, des bandes de fourrure,
des coussins, etc. La collection Amishk quant à elle, comprend des vestes et pantalons très
chauds, légers et confortables.

Aujourd’hui, Mario Bilodeau et Marcel Laplante embauchent 40 personnes.






lien cliquable






La Ferme expérimentale de Normandin souffle ses 75 bougies (2011)
La Ferme du Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures (CRDSGC) dresse un bilan après 75 ans d’existence.
03 août 2011
par Mathieu Simard - Cultures
C’était en 1936. Agriculture Canada construisait une ferme expérimentale à Normandin, au nord du Lac-Saint-Jean. À ce moment, le Canada comptait cinq centres de recherche et avait comme volonté de couvrir l’ensemble des environnements géoclimatiques du territoire. « Le Canada constitue un pays vaste et diversifié. En agriculture, ce qui est vrai au sud-ouest de Montréal, dans les terres noires, ne l’est pas nécessairement au Saguenay », lance le directeur scientifique du CRDSGC, Claudel Lemieux.
C’est cette ligne de pensée qui a guidé Agriculture Canada dans l’implantation d’une ferme expérimentale à Normandin, où les variations climatiques sont prononcées. « Le fait de posséder des tentacules dans les régions les plus nordiques ne peut être que favorable aujourd’hui. Surtout dans un contexte de changements climatiques », ajoute M. Lemieux.
Au départ, Normandin était une ferme à vocations multiples et couvrait plusieurs productions animales et toutes les productions végétales. En 1992, la filière animale a été abandonnée et concentrée dans deux fermes au Canada : « Ça nous a permis de focaliser sur certaines cultures comme les grains, le canola et les plantes fourragères », raconte M. Lemieux.
La ferme emploie aujourd’hui 25 personnes, dont quatre chercheurs, ce qui représente une masse salariale d’environ un million de dollars. Le complexe qui abrite le centre comprend entre autres trois laboratoires, une bibliothèque, une salle de conférence, des bureaux, une section consacrée à la machinerie, des chambres à température contrôlée et des séchoirs. Le tout, situé sur un terrain de 145 hectares.
Parmi les percées réalisées dans les dernières années, la Ferme Normandin est responsable de l’apparition du canola dans les paysages de la région : « Nos chercheurs ont été les pionniers de l’implantation et de la promotion des techniques de production du canola lorsqu’ils ont découvert que la plante se prêtait bien au climat frais et humide de la région », explique M. Lemieux. Outre les avancées au niveau de l’adaptation des cultures, les recherches réalisées à Normandin auront aussi permis d’en apprendre davantage sur certaines maladies, dont la hernie.
La constante évolution de l’agriculture a provoqué l’apparition de nouveaux centres de recherche au pays. Le nombre de centres dédiés à l’agriculture est passé à 19, mais la Ferme Normandin ne s’est pas retrouvée isolée. Elle fait toujours partie du réseau, mais se trouve maintenant affiliée au Centre de recherche de Québec. Elle a aussi conservé son mandat de recherche sur les sols en environnement et les grandes cultures. « Assurément un plus pour la région », conclut M. Lemieux.

Pour plus d’informations :

Ø  Site touristique Chute à l’Ours (camping avec et sans service + location de chalets)
 Site internet :   http://www.chutealours.com/         

Ø  Site internet ville de Normandin :   http://www.ville.normandin.qc.ca/       




    




Aussi disponible sur le blogue 
des Bleuets du Lac Saint-Jean :
lien cliquable







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre un peu de votre temps pour me faire connaître vos commentaires et vos questions.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.