mardi 11 décembre 2012

Plusieurs opposants au projet de la mini-centrale à Val Jalbert


Publié le 11 décembre 2012 à 8 h 58
[ Développement durable ]
Communiqué de presse

Les opposants au projet de Val-Jalbert reçoivent des appuis majeurs

« Le Québec est derrière nous : le gouvernement doit reculer, pour les bonnes raisons »
LBR.ca - Roberval - 11 décembre 2012. La récente décision du gouvernement Marois de donner le feu vert à la réalisation du projet de petite centrale sur le site de Val-Jalbert, n’a pas réussi à ébranler les convictions de ses opposants, qui viennent de recevoir des appuis de taille provenant de groupes environnementalistes à l’échelle du Québec : le projet ne passe tout simplement pas le test de l’acceptabilité sociale, tant dans la région qu’à l’échelle nationale.

Les opposants donnent pour preuves la réception d’une lettre d’appui de ces groupes, l’opposition croissante des Ilnus de la communauté de Masteuiash et un récent sondage régional du journal Le Quotidien, montrant une majorité de citoyens en défaveur de la décision du gouvernement Marois

Les membres de la Coalition pour la sauvegarde de la Ouiatchouan à Val-Jalbert (CSOV) ont fait parvenir à la Première ministre du Québec, Pauline Marois, et au ministre du Développement Durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, une lettre d’appui co-signée par une vingtaine de regroupements nationaux les enjoignant de revoir leur position dans le dossier Val-Jalbert.

Parmi les signataires de cette lettre, on retrouve des personnalités connues, comme l’auteur et metteur en scène Dominic Champagne, le comédien Roy Dupuis, de la Fondation Rivières, et des organisations environnementalistes regroupant des milliers de membres, dont la Fondation David Suzuki, Greenpeace-Québec, Québec Meilleure mine !, les Amis de la Terre de Québec, Eau Secours, le Réseau Québécois des Groupes Écologistes du Québec ou encore la Société pour la protection de la nature et des parcs du Canada.

« Nous savions que notre cause était et est encore juste. Mais maintenant, il n’y plus de doute qu’à travers l’appui de ces organismes, ce sont des milliers de Québécois et de Québécoises qui disent, comme nous, que ce projet ne doit pas aller de l’avant. Le Québec est derrière nous, et ce gouvernement doit reculer, pour les bonnes raisons », a déclaré Marie-Claude Paris-Tanguay, co-porte parole régionale pour la Coalition.

La bataille de l’opinion publique

Elle souligne aussi que ce rejet du projet s’exprime clairement au sein la population régionale depuis longtemps, encore plus depuis quelques jours.

La manifestation publique de membres de la communauté Ilnue de Mashteuiatsh, tenue devant le site de Val-Jalbert vendredi dernier, a démontré comment les Autochtones ne sont pas dupes face aux intentions du gouvernement Marois de se servir d’eux pour faire passer le projet. Ce mécontentement ira croissant, prévient-elle.

Deux sondages récents et crédibles présentés sur Cyberpresse.ca (Le Quotidien) révèlent aussi que sur 2147 répondants, une majorité d’entre eux s’oppose actuellement au projet de barrage sur le site historique et patrimonial de Val-Jalbert. Le projet n’est donc pas appuyé par le milieu, comme cela est requis par le Ministère des Ressources Naturelles du Québec en regard du programme des petites centrales.

En effet, tel que mentionné dans le document « Octroi des forces hydrauliques du domaine de l’État pour les centrales de 50 MW et moins » du Ministère des Ressources Naturelles du Québec, ces projets peuvent être réalisés dans la mesure où ils sont appuyés par le milieu, et qu’ils soient basés sur une collaboration solide avec les nations autochtones. Ce qui n’est pas du tout le cas, suite à la décision du gouvernement de Pauline Marois.

Au cours des prochaines semaines, les membres de la Coalition entendent poursuivre leurs activités de sensibilisation auprès de la population et d’opposition, notamment avec la pétition en ligne sur le site de l’Assemblée nationale, demandant la préservation de la chute Ouiatchouan sur le site.Source   http://www.lbr.ca/index.php?pageID=5&idA=19805


Personnellement je suis contre cette mini-centrale sur la Ouiatchouan pour des raisons évidentes de conserver un de nos principaux sites touristiques historiques.






Suite du billet déjà publié sur le blogue :
Le projet d’une centrale hydroélectrique au pied de la Chute Ouiatchouan de Val-Jalbert 
http://lesbleuetsdulacst-jeanqc.blogspot.ca/2012/03/le-projet-dune-centrale-hydroelectrique.html 



                                                                                                                


 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre un peu de votre temps pour me faire connaître vos commentaires et vos questions.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.