lundi 25 mars 2013

La Doré, Village Relais et le Moulin des Pionniers




Pendant notre ballade au Tour du Lac, arrêtons-nous 
à La Doré; le village relais à proximité des grands espaces.


Région : Saguenay/Lac St-Jean
MRC : Le Domaine du Roy


L’histoire de La Doré :
C’est vers la fin des années 1880 que les premiers défricheurs viennent s’établir en permanence sur les terres qui appartiennent à la mission de Notre-Dame-de-l’Annonciation. On dit que ce sont les premières familles qui choisissent pour nouveau foyer le nom de la Rivière-au-Doré en raison de l’abondance de ce poisson dans ces lieux.



La Doré - vers 1903   Il renaît en 1892 sous le nom de Rivière-au-Doré et en 1904, la paroisse de Notre-Dame-de-L’Annonciation est formée à la suite de la demande des résidents de se séparer de la paroisse de Saint-Félicien. À ce moment, on recense à La Doré plus de 200 résidents.
Les premiers colons font ériger un moulin à bardeaux, mais le jeune village périt en 1891 dans un grand incendie, fléau des municipalités québécoises.

En 1906, la municipalité voisine de Saint-Félicien-Partie-Nord-Ouest voit le jour. Elle change de nom dix ans plus tard pour Notre-Dame-de-la-Doré et s’unit à Notre-Dame de-L’Annonciation. En 1983, la municipalité adopte le nom de La Doré.

 

La municipalité de La Doré :


La Doré ou Notre-Dame-de-la-Doré (avant 1983)  est une petite localité située à l’extrème ouest du Lac St-Jean, plus précisément à 19 kilomètres de Saint-Félicien.  Elle est la dernière halte avant la réserve faunique de l’Ashuapmushuan qui la sépare de Chibougamau.  La rivière Ashuapmushuan est d’ailleurs la limite naturelle, avec Normandin à l’est de son territoire.
Située à proximité des grands espaces, La Doré voit circuler nombre de chasseurs et de pêcheurs qui se rendent dans des réserves fauniques et à la Pourvoirie des Laurentides ou dans des territoires non organisés.  Le développement d’Hydro Québec à la Baie James a amené le Poste Chamouchouan à quelques kilomètres de chez-nous.


La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec.

La superficie de la paroisse est de 281 kilomètres carrés et on y compte plus de 1500 Doréennes et Doréens.
Jusqu’à nos jours, on peut voir le moulin des Pionniers ou le Moulin de La Doré, érigé en 1889, classé monument historique en 1982.

Pendant plus de soixante ans, La Doré en général, vivait d’une combinaison d’agriculture de subsistance, de travail forestier, de chasse, de pêche et de trappe. D’ailleurs, la première transformation du bois se réalisait au moyen de scieries domestiques stationnaires ou mobiles.

Dès 1949, l’année de l’ouverture de la route qui relie La Dorée et Chibougamau, la circulation des personnes et surtout des ressources vers d’autres régions et d’autres villes s’accentue, alors, la qualité de vie des citoyens s’améliore. La construction du chemin de fer reliant Saint-Félicien à Chibougamau et la ligne de transport électrique fournit de l’énergie à cette ville minière permettant de développer l’économie, alors que plusieurs scieries y sont implantées.

Dès 1994, un pont permettant une circulation entre La Doré et Normandin a été ouvert.


Sources : grandquébec.com, wikipedia, site internet de la municipalité et villages relais du Québec.


Site internet de la municipalité de La Doré :

Attraits, évènements et sites touristiques à La Doré :

Moulin des pionniers 
Rallye des Loups de La Doré
Belvédère petite Chute à l’Ours
Parc intergénérationnel
Cap Ste-Anne
Maison de Marie
Festival équestre de la Doré
Festival des Camionneurs de la Doré
Réserve faunique Ashuapmushuan
Pourvoirie des Laurentides
Qu’est-ce qu’un village relais?
Un village-relais est une municipalité qui offre, avec l'aide de ses commerçants, des services au moins comparables à ceux que l'on trouve dans les aires de service. On parle, entre autres, de service de restauration, de distribution d'essence, de dépannage mécanique et d'hébergement.

Les Villages-relais sont les lieux incomparables pour faire une pause le long de votre trajet sur les routes du Québec.
Objectifs:
La constitution des villages-relais vise quatre objectifs principaux :
  • Accroître la sécurité des usagers de la route (automobiles, camions, autobus, véhicules récréatifs) en leur offrant des lieux d'arrêt accessibles en tout temps;
    Offrir une diversité de services et une qualité d'accueil;
  • Inciter à l'amélioration physique des lieux et des bâtiments et à leur mise en valeur touristique;
    Apporter un soutien au développement local et régional.

Quels sont les 2 villages relais du Lac St-Jean?
Hébertville  et   La Doré.


Vidéo: Moulin des Pionniers de La Doré
http://youtu.be/AUfNhdLeLaM  



Le Moulin des Pionniers de la Doré 
Voici l’opinion de Yves Ouellet (journaliste depuis plus de 30 ans, se déplaçant constamment dans les régions du Québec ou dans le monde. Auteur de 25 ouvrages de prestige et guides de voyage, il collabore aux sections tourisme de plusieurs journaux et magazines dans lesquels il a publié plus de 2 000 reportages et 8 000 photos.) :

La vraie histoire avec le vrai monde    par Yves Ouellet

"Je l’avoue, je ne m’attendais à rien de spécial en m’arrêtant au Moulin des Pionniers de La Doré hier. Mais je suis littéralement tombé sous le charme et j’ai tout de suite compris pourquoi.
Le Moulin des Pionniers n’est pas un attrait touristique majeur. Le site n’impressionne pas par ses infrastructures ou ses équipements. Il ne jette pas de poudre aux yeux. Sa valeur et son intérêt tiennent à la dimension humaine incomparable de son animation et à son grand réalisme historique. À cela s’ajoute l’incroyable et touchante mobilisation des aînés de La Doré qui ont réussi à établir un lien véritable entre le temps passé et aujourd’hui. Entre les jeunes et eux. On y vient à la rencontre de la vraie histoire, racontée par le vrai monde qui l’a vécu. Pour les touristes, pour les jeunes, pour les Européens, tout cela tient du fabuleux. 
Un moulin et son histoire
Au cœur du Moulin des Pionniers : un vieux moulin à scie qui tourne depuis 1889, entraîné par la puissance hydraulique de la rivière aux Saumons. Son atelier, sa forge, son moulin à farine, sa génératrice, tout fonctionne comme dans le temps, sur l’emplacement d’origine. C’est un personnage pittoresque et authentique, William, qui nous en explique le fonctionnement avec fébrilité, plein d’une passion communicative, avec une connaissance encyclopédique de la technologie du 19e siècle. Monsieur Gonzague tient le même rôle depuis plusieurs années et est tout autant criant de vérité.


M. Gonzague ou William


Ensuite, Chez Marie, c’est la maison ancestrale des Savard dont la salle à manger accueille encore les visiteurs comme autrefois la famille et sa nuée d’enfants. Marie les reçoit comme une généreuse grand-mère québécoise et les nourrit de bon ragoût, de pâté et de tourtière ou de choses plus digestes pour les estomacs délicats.

Chez Marie, les gens rencontrent aussi Madame Normande Dallaire et les aînés de La Doré qui participent à son magnifique projet « Les Pionniers au Moulin ». Fidèle au Moulin depuis sa création, elle a participé à une initiative nommée « La brèche dans le temps » qui permettait aux élèves de l’école locale de recevoir des lettres manuscrites datant du début du 20e siècle et d’y répondre. Les aînés en costume d’époque lisent ses lettres aux visiteurs et en discutent avec eux en faisant le lien entre des époques qu’ils ont connues. La magie et l’émotion s’installent à coup sûr.

Même chose avec Ti-Tur, Arthur le Draveur, qui amène « ses » visiteurs de l’autre côté de la rivière pour leur raconter une autre page d’histoire, celle des travailleurs forestiers, des gardiens de tour à feu et des draveurs. Il y met tout son cœur et c’est un bonheur d’entrer dans son univers.

J’ai aussi découvert une charmante auberge sur le site : La nuit boréale. Des grandes chambres décorées avec goût, large balcon, Internet et boiseries provenant du Moulin.

Vers Saint-Thomas-Didyme

Je me suis ensuite dirigé vers Saint-Thomas-Didyme et le lac à Jim en empruntant la route qui relie La Doré et Normandin, avec son fameux pont qui enjambe la rivière Ashuapmushuan et ses belvédères spectaculaires sur la Petite-chute-à-l’Ours. De Normandin à Saint-Thomas, le chemin Dédé-Fortin a été tracé à la règle dans cette splendide plaine agricole du Haut-du-Lac. En finale, le Complexe touristique du Lac-à-Jim vit une renaissance après avoir été repris en main par la communauté. On y trouve un camping agréable, des petits chalets en location et un restaurant. Mais, surtout, un lac extraordinaire, la pêche à l’ouananiche, la plage de sable fin et un immense potentiel de loisir nautique. La vie continue et l’avenir s’annonce prometteur.

Écrit le Lundi, 30 mai, 2011 par Yves Ouellet et déposé dans Activités, Culture et patrimoine, Hébergements, Restaurants
Source :   http://www.saguenaylacsaintjean.ca/blog/2011/05/30/la-vraie-histoire-avec-le-vrai-monde/           

  



Vidéos  souvenir  de  La Doré  (construction et inauguration de l’église  +  vidéos historiques)
























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre un peu de votre temps pour me faire connaître vos commentaires et vos questions.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.