mardi 25 février 2014

Orphelinat agricole à Vauvert au Lac St-Jean ... un peu d’histoire.






Huit Frères Ouvriers de Saint-François-Régis exilés de la France débarquèrent au Québec en 1903.  Ils ont poursuivi leur voyage jusqu’à Roberval, d’où ils s’embarquèrent sur le bateau à vapeur ‘Le Nord’ pour arriver à la maison des colons à Péribonka le 29 juin.  Les frères ont défriché, cultivé les terres tout en étant préoccupés par l’orphelinat à venir qui était le but de leur communauté et leur raison d’être au Québec.  Ils habitaient alors à la ferme Beemer, canton Dalmas à Péribonka.

À l’automne 1905, la communauté a fait l’acquisition de plusieurs lots situés à 5 kilomètres du canton Dolbeau, sur la rive de la Grande Péribonka, face à Pointe-Taillon dans le canton Racine.  Sans tarder ils commencèrent à défricher…

La première bâtisse construite à Vauvert, à l’automne 1906, servait de cuisine, de dortoir et de chapelle.  

Le premier juillet 1907, l’orphelinat était terminé en bonne partie et les Frères pouvaient s’y installer.  Cette date a été reconnue comme celle de la fondation de l’Orphelinat Saint-Joseph-du-Lac situé sur le lot 7 du rang 1 au canton Racine.  À son ouverture officielle cette institution accueillait une douzaine d’enfants et bien d’avantage par la suite.

L’Orphelinat Saint-Joseph-du-Lac avait pour but de recueillir les orphelins et les enfants pensionnaires pour leur donner une éducation chrétienne et les former à la profession agricole ou industrielle.   L’orphelinat accueillait non seulement des orphelins mais aussi des garçons  dont les parents désiraient  faire donner une éducation et une formation professionnelle. L’âge d’admission des élèves variait entre 7 et 13 ans  et plusieurs quittaient vers 18 ans, après leur formation professionnelle.


Après la classe, selon leur force et leurs aptitudes, les élèves étaient formés aux travaux de défrichement,  de construction ainsi qu’aux différentes techniques agricoles, horticulture et soins aux animaux,  la conduite des machines agricoles etc..


En plus de posséder plusieurs bâtisses  dont l’Orphelinat,  le noviciat et des bâtiments de ferme, les Frères avaient la responsabilité du service postal.  C’est d’ailleurs lorsque le gouvernement  a doté l’établissement d’un bureau de poste que les terres des Frères ont pris définitivement le nom de Vauvert, le même nom qu’une région en France bien connue des Frères Ouvriers Saint-François-Régis.

La communauté tirait la majorité de ses revenus des produits de la ferme en faisant la culture de plusieurs variétés de céréales et de légumes, contribuant même à populariser la culture de la pomme de terre au Lac-Saint-Jean.  Ils s’adonnèrent  aussi à l’élevage de vaches, de moutons et de chevaux.


En février 1926, un incendie accidentel  a détruit complètement le bâtiment du juvénat-noviciat qui avait été construit en 1912.  Aucune perte de vie n’a été déplorée.  Les Frères Ouvriers ont entrepris immédiatement la construction d’un nouvel établissement.

À la suite de l’incendie,  Vauvert a subit les difficiles conséquences de la construction des grands barrages et du rehaussement du Lac St-Jean.

L’inondation de 1928 a eu des répercussions importantes pour les Frères.  Les meilleures terres agricoles étaient détruites par la crue des eaux, les Frères pouvaient difficilement subvenir aux besoins de leur communauté.  Ils n’ont pas eu d’autre choix que de penser à changer de lieux.  Ce fut des années de sacrifices et de durs labeurs.

En 1936, la Compagnie Duke-Price a offert une compensation aux Frères Ouvriers Saint-François-Régis.

En 1938,  les frères ouvriers ont déménagé à Saint-Louis-de-Bagot, puis la communauté a fusionné le 21 novembre 1959 à celle des Frères maristes.  Tous les établissements des Frères à Vauvert ont été définitivement fermés, démolis ou vendus. Les Frères Ouvriers ont dû tout recommencer à leur nouvelle demeure de Bagotville.

Par la suite, dans les années 1960 plusieurs terrains de Vauvert se sont vendus pour la villégiature sur le bord du Lac St-Jean. Présentement plus de 500 chalets se regroupent dans ce site naturel enchanteur.

Aujourd’hui,  il  reste seulement quelques sections des fondations  pour témoigner  de l’existence de cet orphelinat des Frères Saint- François-Régis de Vauvert… plusieurs qualifient ces vestiges du passé chargé d’histoire comme étant les ‘ruines des Frères’ situées tout près de la chapelle Notre-Dame de Vauvert.

C’est un bref résumé  du début du XXe siècle lorsque les Frères ouvriers de St-François-Régis, sont venus s’établir et y ont fondé un l’orphelinat agricole au canton Racine  (Vauvert). (Ce secteur fait maintenant partie de la ville fusionnée qu’est Dolbeau-Mistassini)

« Au Lac-Saint-Jean, les garçons orphelins peuvent être envoyés à l’orphelinat agricole des frères de Saint-François-Régis. Cette communauté religieuse arrive en 1903 à Péribonka, mais les frères ne s'installent définitivement sur les terres de Vauvert qu’en 1907. La première année, l'orphelinat reçoit 6 enfants, en 1908-1909 on en compte 14, alors qu'en 1909-1910, le compte passe à trente. Les garçons proviennent de diverses localités de la région. Le programme d'éducation est strict et basé sur une discipline rigoureuse. Pendant l'année scolaire, des cours sont dispensés aux orphelins. Au cours de l’été, ils participent davantage aux divers travaux agricoles.

La communauté tire la majorité de ses revenus des produits de la ferme. Elle fait la culture de plusieurs variétés de céréales et de légumes. Elle contribue même à populariser davantage la culture de la pomme de terre au Lac-Saint-Jean. Dans leur jardin expérimental, où les terres sont sablonneuses, les frères avaient observé les possibilités qu’offrait cette culture. Les frères s’adonnent aussi à l’élevage de vaches, de moutons et de chevaux. Mais bien des difficultés mettent la communauté à l’épreuve. Les années de la Première Guerre mondiale (1914-1918) sont synonymes de grands maux ainsi que les années qui précèdent la grande crise économique des années 1930. Ils sont aussi affectés par le rehaussement des eaux du lac Saint-Jean en 1926. Les difficultés continuelles poussent finalement les religieux à déménager dans le rang Saint-Louis, près de Bagotville et de Chicoutimi. Dès 1938, les bâtiments de Vauvert sont définitivement fermés. » 



Les résidents de Vauvert (Dolbeau-Mistassini) tiennent à  préserver l’histoire.
Chapelle Notre-Dame de Vauvert
Suite à une initiative de feu Donatien Dumais (lequel fut pensionnaire chez les Frères lorsqu’il avait 13-14 ans et témoignait des bons enseignements  reçus) qui a été un donateur majeur pour la préservation et la rénovation de la chapelle de Vauvert, la Ligue des propriétaires de Vauvert parraine l’évènement Un apéro à Vauvert.
Les résidents  de Vauvert veulent conserver leur chapelle et au besoin la rénover. La Ligue caresse aussi le projet de faire de cette chapelle un lieu de rassemblement à l’année, notamment pour l’utiliser aussi comme salle pour des loisirs.
La ligue a la volonté de faire de la chapelle  un lieu récréotouristique grâce notamment à la riche histoire de la communauté des Frères ouvriers Saint-François-Régis.



Tableau de Noël Boily, huile reproduisant la croix construite par les Frères Saint-François-Régis de Vauvert:
                              Note de l’artiste :
Cette croix aurait été construit par les Frères de St-François-Régis ;
Cette nouvelle communauté est arrivée en
1903 à Péribonka (secteur Vauvert ) fonder un orphelinat pour garçon; en 1938 ils ont
transféré leur communauté au chemin St-Louis
(aujourd’hui chemin du plateau ) à Ville de la Baie.

Aujourd’hui il reste que cette
croix en haut des terres, à l’orée des bois, isolée oubliée et en voie de
disparition.
Il y a quelques années le dernier
des frères est décédé et cette communauté n’existe plus.
P.S.
À voir en bas du cadre un morceau
de bois de cette croix.

Huile sur panneau de bois signé Noël Boily
Sources :   
L’œuvre des Frères Ouvriers de Saint-François-Régis à Vauvert au Lac-Saint-Jean 1903 à 1938,  des Éditions Déclic enr.






Le bon chocolat des Pères Trappistes … le monastère d’hier à aujourd’hui.

http://lesbleuetsdulacst-jeanqc.blogspot.ca/2012/03/le-bon-chocolat-des-peres-trappistes.html


Des sœurs cloîtrées (Carmélites) à Dolbeau-Mistassini

http://lesbleuetsdulacst-jeanqc.blogspot.ca/2014/06/des-surs-cloitrees-carmelites-dolbeau.html


Épicéa aux saveurs de la Boréalie et le Centre Augustinien…

Bonne ballade sur le Blogue des Bleuets du Lac Saint-Jean!






http://www.facebook.com/LaPageDesBleuetsDuLacSaintJean








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre un peu de votre temps pour me faire connaître vos commentaires et vos questions.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.