dimanche 19 juillet 2015

Saint-Augustin d’Almas, village où on retrouve un monument religieux, historique et patrimonial.









  

Poursuivons notre Tour du Lac et 
faisons un petit détour pour une visite 






Population : 397 habitants en 2014


La petite histoire :

"L'arrivée de défricheurs en 1901 et la construction d'une scierie en 1907 a permis le développement d'une portion de territoire du Lac-Saint-Jean, située à l'est de Sainte-Jeanne-d'Arc, à une trentaine de kilomètres à l'est de la ville de Dolbeau, dans le canton de Dalmas."
Extrait de  Wikipedia

"La paroisse de Saint-Augustin, constituée civilement le 5 mai 1925, se déploie sur une superficie de 104 kilomètres carrés."




Festival annuel : La note en folie  












L'Érablière du Lac Ceinture  : relais de motoneige 






Principales sources de revenus :   
Forêt + fermes laitières, fermes ovines et bovines + bleuetière (Coopérative Bleuetière de St-Augustin) + culture de canneberges (Canneberges Maria Chapdelaine).





Le patrimoine :

  
*  Le calvaire de Saint-Augustin est un monument religieux de tradition catholique qui nous rappelle la présence d’habitants sur la section ouest de la Pointe Taillon,  à l’embouchure de la rivière Péribonka, secteur qu’on appelle l’Ile Boulianne. Ces habitants mêmes qui ont été expropriés suite à l’inondation des terres du Lac St-Jean et c’est l’un deux, Joseph Boulianne, qui a offert ce monument à la municipalité de St-Augustin.

Le calvaire, maintenant abrité par un pavillon en tôle coiffé d’un toit à deux versants, est implanté sur un terrain situé dans le cimetière paroissial de la municipalité de St-Augustin.

Ce calvaire a été déclaré immeuble patrimonial.


*  À propos de l’inondation des meilleures terres situées au Lac Saint Jean : 
·       
             La tragédie du Lac Saint-Jean  (lien cliquable)

·         Le film de l’ONF  "Le combat d’Onésime Tremblay" (par Jean-Thomas Bédard).

·         Carte de la SEPAQ montrant l’emplacement de l’Ile Boulianne par rapport à la Pointe Taillon (actuellement totalement détachée de la Pointe Taillon - côté ouest).  



Historique du calvaire de St-Augustin d’Almas 
  
"Le calvaire de Saint-Augustin est d'abord érigé sur la pointe Taillon, un territoire situé à l'embouchure de la rivière Péribonka. Plusieurs chantiers d'exploitation forestière sont établis dans le secteur. Quelques agriculteurs occupent aussi l'endroit à partir de la dernière décennie du XIXe siècle.  La veuve d'Eugène Roy s'y installe avec ses fils en 1897.  Elle recueille des fonds dans le diocèse pour faire élever un calvaire.  Celui-ci représente un gage de protection pour sa terre et un acte de réparation pour les blasphèmes proférés dans les chantiers. Vers 1899, Henri Angers (1870-1963), statuaire de Québec, réalise le Christ en croix et la Vierge. Le forgeron Cyrice Dufour fabrique la croix métallique sur laquelle est fixé le corpus. En juillet 1900, les pièces sont bénies par l'évêque.

En 1905, la propriété où s'élève le calvaire est acquise par Paul-Auguste Normand. Ce Français y met sur pied une ferme modèle, pour laquelle il obtient divers prix. L'ensemble passe en 1909 entre les mains d'Auguste Gagné, maire et préfet de comté. Il le revend par la suite à Joseph Boulianne, avec l'obligation de conserver le calvaire. 

* En 1926, la fermeture des vannes de la nouvelle centrale électrique d'Isle-Maligne entraîne l'inondation des meilleures terres des environs.
Les habitants du village de Jeanne-d'Arc, sur la pointe Taillon, sont forcés de quitter les lieux. Joseph Boulianne s'établit à Saint-Augustin. Il emporte les statues du calvaire et les offre à la fabrique. Celle-ci les dispose alors sous un édicule placé en face de l'église. Une représentation de saint Jean, fabriquée en ciment dans l'atelier Petrucci et Carli, complète le monument en 1939. 

En 1950, les statues sont installées à l'emplacement actuel, dans le cimetière paroissial. À l'origine polychromes, les sculptures sont alors peintes en blanc. Six ans plus tard, la croix se renverse et le bas des jambes du Christ est brisé. Un nouveau joint est fait et les pièces sont chevillées."








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre un peu de votre temps pour me faire connaître vos commentaires et vos questions.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.