jeudi 21 juin 2012

Nos champignons forestiers….un potentiel énorme



Publié le 30 mai 2011 à 05h00 | Mis à jour le 30 mai 2011 à 12h01
Les champignons forestiers du Québec, une richesse inexploitée
Claudette Samson
Le Soleil

(Québec) Les champignons forestiers du Québec offrent un potentiel économique aussi mirobolant qu'inexploité. Cette situation pourrait changer à moyen terme, cependant, alors que naissent de petites entreprises et qu'un cégep commence même à offrir un cours de cueilleur professionnel.

Le conseiller pédagogique Bernard Naud, du Cégep de Saint-Félicien, n'en est pas revenu lui-même : après avoir annoncé localement la création de ce cours, ce printemps, il a reçu plus de 400 demandes d'inscription de toute la province!

Malheureusement, dit-il en entrevue téléphonique, il n'y avait que 80 places disponibles pour l'attestation d'études collégiales de 195 heures. Les premiers étudiants sont à la tâche depuis le début mai.

C'est un groupe de travailleurs forestiers qui a été privilégié pour cette première promotion. Bien que le cours se termine à la fin juin, les élèves auront des travaux durant tout l'été et l'automne, pour couvrir l'éventail des saisons de production. À la fin de leur formation, ils sauront reconnaître une vingtaine d'espèces poussant dans la région du Lac-Saint-Jean.
Un potentiel énorme

Il ne sera pas question seulement de végétaux, explique Bernard Naud, mais aussi abondamment de sécurité. La formation inclut une attestation de premiers soins en forêt de la Croix-Rouge, une autre en hygiène et salubrité du ministère de l'Agriculture, l'art de l'orientation avec boussole et GPS, etc.

Et, bien sûr, la reconnaissance des peuplements forestiers où faire les meilleures cueillettes. Pour l'heure, le potentiel des champignons forestiers québécois est largement sous-exploité. Selon Aldeï Darveau, professeur responsable du cours de Saint-Félicien, celui-ci serait de 100 millions $ par année.

Il y a deux variables importantes à considérer, selon lui, pour bâtir une véritable industrie à partir de cette ressource renouvelable : avoir une masse critique de cueilleurs bien formés, et développer une structure de commercialisation qui permette de compétitionner le marché des champignons sauvages importés, en assurant l'approvisionnement.

L'intérêt pour la cueillette est définitivement là, dit-il. Hormis le cours du cégep, divers groupements offrent des formations, qui sont fort populaires.

Quant à la mise en marché, elle s'organise peu à peu, dit-il, avec la création de regroupements.

L'Agence de gestion intégrée des ressources, au Lac-Saint-Jean, étudie justement la possibilité de mettre sur pied une coopérative de solidarité intégrant les cueilleurs et les commerçants, a indiqué Luc Simard, biologiste au sein de ce groupement.

À son avis, le développement du marché est un autre défi. «Les Québécois sont méfiants et voient encore ça [les champignons sauvages] comme un poison», constate-t-il. Mais comme cela s'est fait pour les bières ou pour les fromages, Luc Simard croit que l'intérêt des consommateurs ira en grandissant dans le futur.

Vidéo / Combien valent les champignons sauvages?




 
Transformation: Champignons Nordiques mise sur le champignon forestier
2012-06-20 14:08:22
(Source: Radio-Canada) Une première entreprise d'achat et de transformation de champignons forestiers, Champignons Nordiques, voit le jour au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
L'entreprise se donne comme mission de structurer la cueillette en forêt, de faire l'achat de la récolte et de transformer les champignons forestiers.
Champignons Nordiques souhaite ensuite vendre ses champignons sur le marché québécois et le marché international.
Créée par deux entreprises d'économie sociale de Saint-Thomas-Didyme et de La Doré, Champignons Nordiques opérera un poste d'achat fixe au centre de transformation alimentaire de Normandin.
De juillet à octobre, elle déplacera un camion réfrigéré au nord du Lac-Saint-Jean pour acheter la récolte des 300 cueilleurs formés à cette fin.
Chaque kilo de champignons peut rapporter en moyenne dix dollars. La forêt régionale regorgerait de champignons tels que des morilles, des pleurotes et des chanterelles.
Le projet représente un investissement de 50 000 $

  Voir l'article au









        Également publié sur le blogue des Bleuets:








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre un peu de votre temps pour me faire connaître vos commentaires et vos questions.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.